Masques à usage unique : Quel danger pour la nature ?

Masques à usage unique : Quel danger pour la nature ?

Masque: danger pour la nature ?

Masque. Un danger pour la nature

Les masques chirurgicaux sont un fléau pour notre planète.

Depuis le début de l’épidémie de la Covid19, le port du masque se généralise. Beaucoup d’entre eux se retrouvent dans la nature. Cela peut avoir un impact important sur le plan environnemental. On vous explique pourquoi dans cet article :

(suite…)

2020 : Une bonne année pour le miel ?

2020 : Une bonne année pour le miel ?

2020 : Une bonne année pour le miel ?

              Cette année, les abeilles explosent les records

En effet, beaucoup d’apiculteurs ont remarqués que cette année sera une bonne année pour le miel.

              Pour quelles raisons ?

(suite…)

Révisions de ruches au printemps

Révisions de ruches au printemps

Révisions des ruches au printemps

La seconde saison d’apiculture va bientôt commencer pour nous ! C’est un plaisir de retrouver ces petites abeilles sortir de leurs petites ruches pour aller butiner leurs petites fleurs ! Malheureusement, il est trop tôt ! Les abeilles devraient se mettre à sortir vers mars/avril. Or, nous sommes en février. Franchement, pensez-vous que la nature va bien ? Mais, malgré cela, nous devons faire la révision de ruches au printemps ! Et c’est parti !

Bon, je reprends : La seconde saison d’apiculture va bientôt commencer. Nous devons faire la révision de ruches au printemps.  C’est l’occasion de relire les livres, de poser ou reposer nos questions aux apiculteurs que l’on connaît,  ‘fin bon, c’est toute la machine qui se remet en marche, quoi. Moi, de mon côté, j’ai questionné Jean-Claude, mon “prof”.  Je vous transmets ses leçons :

 

  1. Lever les lanières anti-varroa* : Premières sorties, les abeilles sont de retour ! Vous voyez vos petites protégées sortir de leur ruche ? C’est le moment d’ouvrir cette dernière pour enlever les lanières anti-varroa !

Comment enlever des lanières anti-varroa : Les lanières anti varroa sont d’une certaine manière “toxiques” (jetez les lanières dans une déchetterie). Mettez-les et enlevez-les seulement avec des gants à usage unique en latex que vous jetez immédiatement après utilisation. Si vous êtes comme moi, un peu peureux, mettez deux couches, au cas où 😉. Prenez la lanière par les encoches, ou par le clous si vous en avez mis un. Retirez-la délicatement en prêtant attention à ne laisser aucune abeille dessus.

  1. Nettoyage des ruches Dadant en bois : Pour bien entretenir votre ruche Dadant, il faut déjà que celle-ci soit complète :

Elle se présente sous forme d’une caisse en bois de forme carrée avec un toit plat ou chalet, sur laquelle viennent s’emboîter une ou plusieurs hausses (jusqu’à 4). On y retrouve donc plusieurs éléments superposés :

De haut en bas :

 

révision de ruches au printemps

       Les différentes parties d’une ruche

-Le plateau, la partie du bas suivie par la planche d’envol,

-Le corps de ruche, le grand compartiment où les abeilles font leurs réserves,

-La hausse, le compartiment qui ressemble au corps en plus petit, est l’endroit où l’on récupère le miel,

-Le couvre-cadre,

-Et enfin, pour que les abeilles ne meurent pas de froid, le toit.

 

 

 

Maintenant que vous savez que votre ruche est complète, nettoyez-la :

Si la colonie est morte : En cas de décès d’une colonie, désinfectez entièrement l’intérieur de la ruche au chalumeau avant d’installer un nouvel essaim. Ça permettra de détruire les bactéries pour qu’elles n’infectent pas la nouvelle colonie. Il va ensuite falloir changer les cadres, ou plutôt une partie des cadres. Pour cela, il vous faudra :

    • 9 feuilles de cire de format des cadres de corps de ruche (format normal) et 9 demis feuilles de cire pour chaque hausse
    • Un fer à souder ou un transformateur 12V
    • Une bobine de fil de fer en acier inoxydable.

Changement d’une feuille de cire d’un cadre de hausse :

   Changer la cire des cadres de hausse :

Pour changer la cire, faites glisser le fil en acier inoxydable à travers les trous creusés dans le bois tous les 8/9cm environ. Une fois que c’est fait, placez la feuille de cire sur les fils. Appuyez sur la cire, près du fil d’acier, avec le pouce, de manière à maintenir la feuille en place. Faites glisser le fer à souder sur le fil tout en continuant à appuyer avec le pouce. Ne restez pas trop longtemps appuyé sur le fil avec le fer car vous risquez de faire un trou dans la cire. Faites de même avec tous les autres cadres.

   Changement d’une feuille de cire d’un cadre de corps :

Faire de même que sur les cadres de hausse en appliquant une feuille de cire de format des cadres de corps de ruche (format normal 26X41cm).

 Nettoyer le reste de la ruche :

Pour nettoyer le reste de la ruche, c’est très simple, il suffit de passer tout le reste de la ruche au Chalumeau, à une température pas trop forte (pour éviter qu’elle crame) 😜😉.

Une fois que vous aurez terminé la révision de ruches au printemps, les abeilles peuvent sortir de leur ruche !

 

*Varroa : Le Varroa est un acarien parasite de l’abeille apis melifera sous n’importe quelle forme (Nymphe, larves, ou adultes). Il est originaire de l’Asie du Sud-Est, où il vit aux dépens de l’abeille asiatique Apis cerana qui résiste à ses attaques, contrairement à l’abeille domestique européenne Apis mellifera.

Soulever une ruche en automne et en hiver

Soulever une ruche en automne et en hiver

Soulever une ruche en automne/hiver

Et oui, je croyais la saison terminée, mais, elles ont besoin de se faire nourrir, ces petites abeilles !

Vous connaissez Jean-Claude ? L’apiculteur professionnel ?

Jean-Claude Monnier, c’est l’homme qui m’a fait découvrir l’apiculture. Lisez cette page (si ce n’est pas déjà fait) pour savoir comment je l’ai rencontré. C’est un apiculteur de 43 ans d’expérience  qui apprend encore et fait apprendre l’apiculture aux débutants. Les moindres petites erreurs, vous les sentez passer.

Enfin, bref: Mercredi dernier, à l’outil en main de Chateaubriant, j’ai appris (ou plutôt, on m’a rappelé) qu’il falait soulever les ruches pour savoir s’il fallait les nourrir ou non. Comme dirait mon père, Jean-Claude m’a “remonté les brettelles” en sachant que je ne l’avais pas fait !

Soulever et nourrir la ruche:

  1. Soulever la ruche : Soulever une ruche avec un essaim de bonne qualité, un enfant de mon age (11 ans) n’aurais pas assez de biscotos pour le faire ! Mais soulever une ruche dont l’essaim n’est pas nourri en automne, c’est à la portée de tout le monde ! Prenez la ruche sous le plancher arrière et soulevez là à environ 5 cm  de son support. si vous pensez qu’elle ne dépasse pas les 15 kg, il est grand temps de la nourrir. si elle pèse environ une trentaine de kg,vous pouvez encore attendre environ une bonne semaine. Retournez la voir assez régulièrement (toute les semaines, ce serait l’idéal) et soulevez là à chaque fois.
  2. Nourrir la ruche : pour nourrir la ruche, c’est très simple. Achetez une hausse de la sorte de votre ruche (Dadant, Warré, Langhstroth etc…) et videz là de tous ses cadres. Posez là sur le couvre-cadre troué. Ajoutez le pot de miel de 1 kg à l’envers sur le trou du couvre-cadre et laissez les abeilles déguster votre bon miel (; .

Espérons que vous ne vous fassiez pas “remonter les brettelles” par votre tuteur apiculteur ! Bonne chance pour la saison prochaine, si l’on ne se revoit pas !

Salut !

Histoire d’une Abeille

Histoire d’une Abeille

Le miel aux mille-et-une senteurs

Hier, c’était l’extraction d’un miel coulant nous donnant une délicieuse envie de plonger notre doigt dans ce produit si… moelleux, si satisfaisant juste en sentant ce… cette… cette chose si gluante, collante, sucrée, moelleuse, d’un goût parfumé aux senteur du printemps. Ce produit crée par une de mes petites chouchoutes, ou plutôt par des milliers de petites chouchoutes :

Germaine, petite abeille parmi les 40 000 qui l’entoure, passe ce liquide collant à son amie, Lucie. Ce produit passant de pattes en pattes et allant remplir les alvéoles de cire jusqu’à maintenant vide. Ma petite chouchoute (Eh oui, je parle toujours de Germaine) zigzague entre ces milliers de spécimens. Soudain, Germaine (Eh oui c’est encore elle) se fait brusquement renverser par ces fainéants et agressifs de mâles. Eh non, ce n’est pas toujours simple une vie d’abeille. Ouf, voilà la sortie. Et c’est reparti pour un tour ! Jasmin, Coquelicot, Chèvrefeuille, Colza, un virage un peu serré pour éviter de percuter un mur, et ça recommence : Pissenlit, Orchidée, Arôme, Passiflore, et ses petites pattes bien gonflé (Et oui, ne me le reprochez pas mais je parle toujours de Germaine) son pleines. Allez hop ! Retour à la ruche ! Germaine (oui, bon hein, je sais que c’est encore elle) rentre soudain dans le vacarme assourdissant des “BZZZZZ” tous différents les uns des autres, l’un aigu et l’autre grave, un troisième mielleux mais assez chaud, accompagné par moments par une nouveau-né criant à travers toute la ruche les “Je suis né” habituels. Voila comment le bon miel moelleux que vous dégustez tout en lisant l’article “Histoire d’une Abeille” sur “De Quoi Je Me Miel“.

Chers lecteurs, si vous habitez dans la région de Chateaubriant, sachez que vous pourrez toujours nous contacter dans la page CONTACT  de notre site. Vous pouvez de cette manière m’acheter du miel au prix de 10€ pour un Kg.

 

Aller à la barre d’outils